dimanche 19 février 2017

David Gréa quitte le ministère


Un prêtre quitte le ministère. Douleur pour un presbyterium et une Eglise, pour une communauté chrétienne. Ce n’est pas la fin du monde, mais c’est une promesse qui n’a pu être tenue.
Il ne s’agit pas de juger. Qui sait ce qu’il y a dans le cœur et la tête d’une personne ? Mais on peut être triste, comme lorsque des amis, on assiste à la séparation de leur couple. On s’en remettra, on leur souhaite de s’en remettre. Parfois, c’est le mieux qui pouvait arriver, pour les enfants, pour les conjoints.
Ainsi donc, un confrère qui s’en va, c’est toujours une douleur, mais toujours le respect. J’ai souvent envoyé des messages aux frères qui partaient, sans jamais condamner, poursuivant la fraternité, conscient de notre fragilité à tous. Aucune fierté ni arrogance à rester. Il a fait le choix que je n'ai pas fait, pas encore, peut-être jamais.
Mais couvrir la non-fidélité à une parole donnée par le mensonge, cela est inacceptable et scandaleux. C'est de la manipulation, de la mauvaise foi. Ainsi donc, selon David, Dieu l’appelle maintenant à l’amour dans le mariage. Et David ne fait qu’obéir à la volonté de Dieu. Qui accepterait semblable argument si l’un des deux conjoints quittait sa famille pour répondre à l’appel de Dieu d’en fonder une autre ? De qui se moque-t-on ?
Dieu change d'avis, car Dieu sait bien qu'il ne peut appeler au presbytérat que des célibataires, n'est-ce pas, si l'on veut croire à la mythologie.
Comment faire la vérité en commençant par le mensonge ? Comment construire l'avenir sur la tromperie ? Quel orgueil ! Non, je ne me suis pas trompé, non je ne me trompe pas, oui, je suis fidèle comme je l'ai toujours été.
Pas un moment d'humble demande de pardon pour ceux qu'une telle décision blesserait, seulement louange et remerciements ! Dans le couple comme dans la vie consacrée, n'est-ce pas souvent à l'autre, aux autres, que l'on doit la fidélité ? Que serions-nous, prêtres, sans les communautés ? Mais non, on les quitte et pas une parole de repentance. Faut-il être à ce point autocentré pour que l'autre ne compte pas, pour que sa souffrance ne puisse être imaginée, son ébranlement ?
Quant à la rencontre avec le Pape, elle est encore plus sidérante. Alors, les prêtres qui quittent le ministère rencontrent le Pape maintenant. C'est quoi ce spectacle ? Qu'espérait le Cardinal à organiser cela ? Combien de temps encore va-t-on mépriser l'Eglise à l'instrumentaliser pour sa propre stratégie ? Pendant ce temps, la Parole Libérée n'est toujours pas reçue par le Pape, par exemple.
Et le site du diocèse de Lyon publie la lettre de David, et le vicaire général lit la lettre de David pendant la messe. Mensonge à la messe ! Le vicaire général porte-parole de David et non du Cardinal !
Tout cela est pourri de A à Z et l'on nous fait croire que c'est tout pitié et obéissance à la parole de Dieu. Eglise vérolée ! Qui arrêtera le mensonge ?

49 commentaires:

  1. Merci pour le post et le commentaire dans La-Croix.com
    Cela semble un peu dur pour votre confère David. Mais l'engagement, qu'il en soit, a un prix
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait juste.
    C'est pour moi un scandale et démontre qu'"il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark"...

    RépondreSupprimer
  3. Absolument d'accord.
    Ceci démontre qu'"il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark"...

    RépondreSupprimer
  4. Votre article est ferme mais clair : merci de souligner les erreurs masquées par le brouillard médiatique !

    RépondreSupprimer
  5. Merci cher confrère de remettre ainsi "l'église au centre du village".
    Bon courage !

    RépondreSupprimer
  6. Le problème c'est que L’Église dont vous parlez qui est "remise au centre du village" devient un bastion qui se réduit autour des dogmatiques!!! vous allez finir dans le rond point du centre du village à tourner entre vous...et quand vous ne serez plus que quelque uns entre vous à vous juger les uns les autres ...alors un vrai message d'amour et de paix pourra venir d'ailleurs dans une lecture libératrice et aimante de la parole de jésus.

    RépondreSupprimer
  7. Votre propos est excessif. A vrai dire : on ne veut plus de prêtres du tout.

    RépondreSupprimer
  8. Les pharisiens sont toujours là !
    Qui suis-je, pour ainsi condamner ?
    Olivier Gaignet, prêtre en Vendée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le prêtre n'a pas été fidèle à sa promesse. Ah Oui, j'ai oublié qu'aujourd'hui ce qui rappellent l’enseignement de l'Eglise sont des pharisiens....

      Supprimer
  9. merci de votre texte qui partage vos réactions . Elles rejoignent les miennes, celles d' une laïque de base.
    Notre Eglise manque de manière générale d'humilité , à chacun de nous de faire oeuvre d'humilité au coeur de notre quotidien.
    Oui un départ de prêtre peut blesser comme un divorce de proches. Nous sommes dépendants les uns des autres.
    Permettez moi de vous partager une prière de Saint-François d'Assise qui tout en citant la foi , la charité et l'Espérance ajoute l'humilité.
    " Dieu souverain et glorieux , viens éclairer les ténèbres de mon coeur. Donne-moi une foi droite, un espérance solide, une charité parfaite, l'humilité profonde ainsi que le sens et la connaissance pour que j'accomplisse ce qui est Ta très Sainte Volonté."

    RépondreSupprimer
  10. Je partage et je m'accorde assez bien à tout ce qui est dit dans cette page. Pourtant, je me demande si l'on s'interroge suffisamment sur la réalité mystérieuse de l'humain. Si Dieu est mystère, l'homme aussi est mystérieux. C'est sur l'incompréhensible humain que dans mon blogue "en manque d'Eglise" je me suis penché ces deux derniers jours.
    http://www.enmanquedeglise.com/2017/02/presbyterat-ou-mariage-changement-d-etat.le-heurt-des-activites-mentales-s-engager-penser-vouloir-qui-semblent-incapables-de-coexist

    http://www.enmanquedeglise.com/2017/02/interrogeons-un-rapport-au-sacre-qui-rend-quasi-impossibles-la-prise-de-recul-une-saine-relativisation-et-un-questionnement-necessai

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour cet article. Cela me console un peu de voir que tous ne réagissent pas par une admiration béate. Je suis prêtre, et je suis blessé par la lettre si suffisante du Père Gréa, trop sûr de lui pour voir le scandale qu'il cause. Mais je suis plus encore en colère contre le Cardinal Barbarin, qui a permis que cette lettre soit lue en chaire, et qui lui a réservé un traitement d'exception en lui faisant rencontrer le pape. Peut-être ne voulait-il pas se déjuger, lui qui a poussé ce prêtre à se singulariser à ce point, dans son ministère comme dans sa manière d'être, et qui l'a donné en modèle à ses prêtres. Si le Cardinal avait vraiment été un père attentif à ses prêtres, il l'aurait averti des risques de la gloire. Que Dieu délivre son Eglise des stars, des gourous et des séducteurs, dont s'entichent nombre d'évêques. Etre adulé de ses paroissiens ou de sa hiérarchie, voilà pour le prêtre un grand danger... La roche tarpéienne n'est jamais loin du Capitole.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Père pour votre message auquel je souscris complètement

      Supprimer
    2. Moi aussi, Merci aux prêtres qui nous aident par leur fidelité

      Supprimer
    3. je respecte votre blessure, mais qui alimente le scandale ?
      ceux qui comme dans ces commentaires de blog jugent et accusent ! le scandale dont vous parlez serait une douleur partagée s'il n'était pas alimenté en continu par des malveillants.
      Consolons ceux qui sont affligés par la situation mais dites leur aussi d'être à la hauteur de ce qu'ils prétendent pour les autres :le respect de l'engagement ... celui de la charité

      Supprimer
  12. la volonté de Dieu pour l'Homme c'est la liberté et l'Amour. Il a envoyé son fils pour nous dire ça : notre vocation c'est l'Amour. Alors qui peut juger de la manière dont chacun vit cela ? Est ce manquer d'amour que d'aimer une femme ? il existe une hiérarchie des vocations à l'amour ? Qui vous permet de dire que c'est un mensonge ? supporteriez vous qu'on dise la même chose de votre vocation à vous ? un homme qui après avoir aimé une femme décide de devenir prêtre est-il traité comme vous le faites... en termes de mensonge et de trahison ?
    profil bas monsieur ! soyez heureux si votre engagement vous conduit à l'Amour mais ne gachez pas celui des autres, dieu les aime dans leur liberté d'aimer !

    RépondreSupprimer
  13. que voulez vous dire remettre l'eglise au centre du village ??? ca ne veut rien dire du tout et au contraire c'est inquiétant. Jésus est-il né au centre du village ?
    vous êtes bien disert sur le mensonge, réfléchissez aussi à l'orgueil !

    RépondreSupprimer
  14. Quelle mascarade en effet... Une fois encore, attention à la façon dont l'Eglise communique. Amour et vérité doivent se rencontrer. Miséricorde ! Un autre confrère

    RépondreSupprimer
  15. Un autre regard complémentaire :

    https://jetdepierre.wordpress.com/2017/02/20/et-pour-le-pere-grea-qui-suis-je/

    RépondreSupprimer
  16. Merci Père pour cette lettre et au prêtre anonyme dont le commentaire est posté depuis 00.00. En ma qualité de Maman, entre autre d'un séminariste et d'une moniale, je vous rejoint vraiment et suis parfaitement affligée de la diffusion de la lettre du Père Gréa.
    Est-ce que le Cardinale réalise que cela vaut aux yeux de certains acquiescement ?
    Est de la suffisance ou une immaturité hallucinante. Un Père trappiste évoquait ce trait de beaucoup de "jeune" aujourd'hui dans un France Catolique récent. Je fais parti des générations qui étudiaient Racine au collège ... et oui l'homme est, par nature, tiraillé entre son cœur et sa raison. Mais l'on est homme quand la raison sait gouverner au cœur. Donc aujourd'hui il part pour une Gertrude, après-demain s'il croise une Sidoni plus séduisante, il la quittera à son tour... Le premier point n'est même pas le sacerdoce, c'est la capacité à tenir un engagement,
    Ensuite pour ce qui est du célibat sacerdotal, je ne peux imaginer que le Seigneur n'en donne pas la force nécessaire à chaque instant à ceux qu'il y a appeler . Ca le monde ne peux le comprendre, mais les séminaires devraient l'enseigner avant toute chose. pourtant quelle place pour l'oraison y est faite ? La fidélité ne tiendra pas plus dans le mariage, la vie consacrée ou sacerdotale si on néglige les temps privilégies avec celui que l'on s'est engagé à aimer. On ne doit pas enseigner à nos séminaristes que la femme est dangereuse, parce que source de chute , mais s'ils ne l'ont acquis par leur éducation, le séminaire doit leur apprendre à avoir une juste distance, puis leur évêques si besoin à le leur rappeler.
    Dans l'Eglise comme dans la société il faut assumer le rôle d'éducateur, de pasteur pour le prêtre. Son rôle n'est pas de plaire, ça c'est le boulot du séducteur, son boulot est de conduire ses ouailles et la première charité lui dire quand il fait fausse route. Or combien de saint prêtre sont au fin fond de campagne parce que leur discours ne "passe pas "? Du coup si les uns se prennent au piège de la séduction, les autres s'aigrissent et se raidissent parfois. Quel dommage, tous ont reçu un appel, auquel ils ont répondu avec l'enthousiasme de leur jeunesse, mais faute d'être accueillis avec leur don propre et d'être accompagné réellement ... Quand on est parents, chers évêque c'est à vie. On a devoir de parlé à son fils, quelque soit son âge si on voit par exemple qu'il est sa femme, un enfant, famille en dangers. Qu'il l'entende où non, qu'il l'accepte ou non, c'est notre rôle. Or vos prêtres sont vos fils... peut-être faudrait-il dans vos cercles rapprochés, outre des chefs d'entreprise et des conseillé en communication de bonnes vielles mères de familles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire plein de bienveillance et d'amour.

      Supprimer
    2. Où avez-vous lu dans les Evangiles que Jésus appelait au célibat ?
      Si je ne me trompe, les responsables de communautés ont été pour la plupart mariés, prêtres y compris, pendant des siècles ? Et aussi, si je ne me trompe, des femmes ont été responsables de communautés ?

      Supprimer
  17. Et bien non. Je trouve vos propos pleins de jugements prenant pour hypothèse supposées vraies l'ensemble de vos bases dogmatiques desquelles vous avez retiré beaucoup d'Amour aidant au discernement qui pourrait être le vôtre, pour distinguer au sein de l'Eglise ce qui est Saint et ce qui Ne l'est pas.
    La déformation des mots du texte original "penser" par exemple me semble tout droit sorti d'une affabulation de votre part. Vous trouverez j'en suis convaincu de nombreux lecteurs ébahis devant votre apparente pertinence et pourrez continuer ainsi à vous même profiter de votre notoriété pour porter la parole de Dieu?, plutôt la vôtre.
    Pas pour moi. Je respecte et j'admire le courage d'un homme au contraire d'oser dire ce qu'il pense en son âme et conscience. Et si effectivement il y avait besoin dans l'Eglise d'hommes comme lui pour faire progresser notre communauté notamment sur le sujet du célibat des prêtres, ce dogme du célibat vient il vraiment de Dieu ? En êtes vous si sûr ? vraiment sûr ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le célibat n'est pas un dogme mais une règle ; elle peut donc être réévaluée. Cela ne change pas le fait que celui qui s'y est engagé, en connaissance de cause, quand il a reçu l'ordination est appelé à tenir cet engagement. S'il s'y dérobe, ce n'est pas un jugement de dire qu'il manque de cohérence, c'est un constat douloureux. Ce qui serait envisageable dans l'église catholique romaine, moyennant une modification de la règle ce serait l'ordination d'hommes mariés mais pas le mariage des prêtres, ce n'est pas la même chose bien que l'on confonde habituellement. Dans des églises catholiques de rites orientaux : des hommes mariés peuvent être ordonnés prêtres, s'ils deviennent veufs ils ne peuvent pas se remarier. La source de cela c'est la conviction que l'appel de Dieu prend l'homme dans la situation où il est : célibataire ou marié ; quand l'homme a répondu à cet appel, il reste dans la situation où l'appel l'a trouvé.

      Supprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  19. réponse à Anonyme
    bonjour,
    vous avez parfaitement raison on doit être prêtre star mais toujours rendre la gloire qu'à NOTRE DIEU pas à soi même et ce qui est dommageable c'est que certains séminaristes sont comme lui,donc où est les vœux fait à DIEU (vœux d'amour filiale,de pauvreté,ect...)
    Vive les prêtre traditionaliste car pas d'attitude trop familière comme copains,copines avec leurs paroissiens paroissiennes
    PRIONS AVEC FERVEUR ET TOUTE CONFIANCE ET AMOUR SINCÈRE POUR QUE DIEU NOUS ENVOIENT DES PRÊTES,QUE DIEU NOUS ENVOIE DE BON PRÊTES, QUE DIEU NOUS ENVOIE DE TRÈS SAINT PRÊTRES
    AMEN

    RépondreSupprimer
  20. Je suis laïque, mariée devant Dieu, par l'intermédiaire de David Gréa, et mon coeur est dans la peine... Effectivement, sa décision a des conséquences et je prie pour tous ceux qu'elle impactera..pour que ce creux soit un chemin vers Dieu..

    RépondreSupprimer
  21. Merci pour cette article. Quand un prêtre blesse ses paroissiens de n'importe quelle façon, on ne reconnait rarement les blessures qui sont faites aux paroissiens. Et le prêtre jamais ne s'excuse. Il est au-dessus de tout çà, lui!
    Sans transition, j'ai le souvenir de ce curé, prêtre à l'église Saint-Porchaire de Poitiers qui du jour au lendemain, part rejoindre Kerviel sur les routes. Pauvres paroissiens que nous étions, une bombe nous tombait dessus. Il nous expliquait à travers une pseudo homélie son départ ou plutôt son abandon de poste! Beaucoup de ces paroissiens lui ont jamais pardonné son manque d'humilité de ne pas s'être excusé de nous avoir abandonné. Ceci dit ! Et nous, on n’oublie pas!

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour à tous,
    Merci pour ce très bel article qui reflète en tout point ce que je pense.
    J'ai été paroissienne à l'église Ste Blandine durant quelques mois... et je suis partit aussi vite que possible. Ce qui se passe là bas n'est pas catholique... c'est une forme de protestantisme à la sauce gréa/glorious. Je précise que je n'ai rien contre nos frères protestants, je dis juste qu'il faut choisir entre les 2 doctrines et surtout ne rien imposer aux autres.
    Le (père) david a toujours eu un rapport particulier aux femmes, tutoiement, embrassades, gestes tactiles, certes fait dans le respect, mais je trouvais que pour un prêtre il avait peu de distance avec ses paroissiennes, quasi toute en admiration devant le prêtre le plus cool de Lyon..
    Quand au glorious, je n'ai qu'une chose à dire, j'espère que le prêtre qui arrivera en septembre aura les épaules solides, car ils sont tout bonnement infecte... ne vous fiez pas à leur concert, venez les rencontré dans les coulisses, vous verrez leur vrai visage. Ils parlent mal, ils ont pris la grosse tête, ils font ce qu'ils veulent, peu importe ce que les paroissiens en pense.

    Je me souviens d'une remarque que david gréa avait fait a une paroissienne divorcé "il faut bien réfléchir avant de s'engager"... conseil qu'il aurait pu se faire à lui même a priori.

    Après cette mauvaise aventure, j'ai rejoint une paroisse toute simple, sans paillette, sans bling bling, sans glorious, et sans prêtre version 2.0.... et dans ce silence, j'ai enfin trouver Jésus. Quel bonheur !

    Fraternellement.

    RépondreSupprimer
  23. Le père david m'a appris à prier et à aimer mon prochain comme moi même.qui n'a pas fait de mal à ceux qu il aimait?qui n à pas fait de faux pas...qui ne s'est pas trompé ? on éprouve de .la colère de la trahison de la déception....?super c'est que nous sommes vivants ! des enfants de dieu. On fait quoi avec ça? que voulez vous qu'il en advienne? On se monte les uns contre les autres on continue à creuser des clivages à nourrir les anti clericaux et autres ou on se soutient..?on s apaise? Et on panse sa douleur par des paroles.douces et aimantes? Ne nous divisons.voila ce que ma enseigné david.jinvite chacun a prendre un temps de discernement.

    RépondreSupprimer
  24. Merci Père pour votre article, j'ai eu la même réaction, mais avec tous les mensonges de notre temps venant parfois même de l'institution, il m'est difficile d'être sûre de la justesse de mes pensées et analyses. Votre article m'aide donc bien.
    il y a dans la communauté dans laquelle je travaille un prêtre qui est récemment parti lui aussi, non pas sous prétexte d'être amoureux cependant. Mais cela me donne le même sentiment, à savoir que les prêtres d'aujourd'hui semblent très mal formés et gangrénés par les idées du temps. Ils ne semblent pas comprendre ce qu'est la vie spirituelle et ses enjeux. Et tout cela sous couvert de l'amour et de la volonté de Dieu, ce qui perturbe beaucoup d'âmes, la mienne en particulier qui commence seulement à sortir de cette confusion.
    Vous dites dans votre article " Il a fait le choix que je n'ai pas fait, pas encore, peut-être jamais.": père, vous ne ferez jamais ce choix si vous ne comptez pas sur vos propres forces mais sur celles du Seigneur...demandez à des soeurs et des âmes de prière de prier et jeûner pour votre fidélité,consacrez vous à la Vierge, ce sont les meilleurs moyens pour être gardé.
    En Jésus,

    RépondreSupprimer
  25. Désolé pour mes fautes de frappe d'une part et juste une précision sur ce que j'ai dit ce n'est pas un jugement porter contre le comportement de Mr David Gréa puisque avant d'être un prêtre il est un homme pêcheur comme nous tous,"que celui qui n'a jamais pêché jette la première pierre".
    Mon poste est juste une constatation de ce que font certains(es) au sein de l'Église de DIEU.
    Dans ce nouveau millénaire il est trop facile de ne plus admettre ce que l'on fait qui est mal au sein de certaines églises.l'Église qui est première épouse de DIEU que l'on ne respecte plus au nom du "faisons une forme nouvelle d'évangélisation pour quantifier et remplir nos églises" je me demande à quel concours on se voue!!qui est la star l'homme ou DIEU parce que l'essentielle et l'important pouf envolé.
    Tout est le moi "JE"d'abord et DIEU vient ensuite quand tout va mal au sein de certaines églises.
    Je pense à mon avis qu'il est trop facile et simple de sortir certaines choses de leur contexte en disant c'est DIEU qui!
    Oui notre DIEU nous permet et où nous laisses faire,car nous "Tous" ses Enfants gentils ou pas il nous a "fait libre et nous veut libre" mais n’interprétons pas le mot "LIBRE" comme nous voulons le comprendre et l'interpréter, donc ne nous voilons pas la face et d'admettre quand nous pêchons envers Dieu d'abord et envers nos frères ensuite,et puis en citant à tout va les commandements de JÉSUS "NE JUGE PAS POUR NE PAS ÊTRE JUGER".
    C'est DIEU seul qui jugera ce MR et que lui il arrête de jouer à la star voilà

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce chacun se mélé des ses affaires, trop de jugements, trop de condenations, quel méli mélô, DIEU
      sait tout, tout le monde donne ces opinions,à quoi bon, prions les uns pour les autres, nous sommes
      tous des sacs de fragilité, pleins de faiblesse, celui qui est pur qu'il lance la première pierre,
      DIEU EST LE SEUL JUGE. A nos chapelets en main, merci;MARIA DE FATIMA

      Supprimer
  26. Je vous souhaite BEAUCOUP de bonheursss dans votre nouvelle vie, avec votre Epouse à vos cotés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui nous prouve que David GREA va se marier ??
      l'annonce de son mariage ne serait-elle pas un moyen d'évincer gentiment ce prêtre qui ne croyait plus en son engagement....

      Supprimer
  27. ce que je lis me consterne ! qu'on regrette le départ de David Gréa est une chose et libre à chacun de le dire. Mais qu'on se permette de juger de la sorte est INQUIETANT: vous considèrez-vous des procureur de l'eglise, c'est ça que vous avez appris dans l'Evangile ? Par ailleurs les prêtres sont des serviteurs, leur fonction est singulière dans la communauté mais en aucun cas ils ne sont des petits Dieu au milieu de la secte. Rendez leur à eux aussi leur dignité et leur liberté face à Dieu, ce n'est pas vous qui faites et défaites leurs foi, ils en sont responsables en hommes dignes et instruits.
    Alors cessez vos commentaires acides, pleins de méchanceté, de jugements et d'outrages.
    J'espère seulement que ces commentaires sur le blog ne sont pas lus par des jeunes, des recommençants ou des personnes qui se questionnent sur notre Eglise, c'est un témoignage pitoyable et NON EVANGELIQUE

    RépondreSupprimer
  28. Si l'on érige les pulsions et l'affectivité en appel de Dieu, toute démarche affective et sexuelle peut être autorisée par le diocèse de Lyon. C'est du subjectivisme exacerbé. Courage aux prêtres d'aujourd'hui et de demain. Prions pour David qui a tout mélangé.

    RépondreSupprimer
  29. Quelle sale image vous avez de l'accomplissement par le mariage!!! Discours d'un autre temps où le corps était vécu comme le lieu de Satan alors que l'esprit était le lieu de Dieu..mais Dieu a pris corps et s'est fait humain...et c'est sans doute ce qui change totalement notre et son regard sur la condition humaine. le corps est le lieu total de Dieu..la pulsion de vie est aussi Dieu

    RépondreSupprimer
  30. Bonjour Patrick, je trouve bien intéressant de mettre en comparaison votre billet d'humeur (puisque c'est dans cette catégorie que vous classez votre réflexion à propos de David Gréa) et votre homélie de dimanche.
    Dimanche matin vous écriviez : "Folie de la sagesse humaine qui s’évertue à théoriser que l’on a raison alors qu’il pourrait suffire de reconnaître ce qu’il y a de vrai dans le propos et l’attitude de l’autre." J'aurais aimé lire dans votre propos de dimanche après-midi concernant David Gréa quelque chose allant dans le même sens, et pourquoi pas une interpellation de l'institution (comme vous savez le faire dans certaines de vos homélies) qui pourrait être ceci : Dieu n'aurait-il pas quelque chose à nous dire à travers ces prêtres qui quittent le ministère depuis des décennies, voire des siècles ? Je suis surpris que jamais ce genre de question ne soit abordé.
    Excusez ma naïveté, mais il me semble que les paroles et les actes de Jésus font partie de la base de notre foi chrétienne, alors que l'institution religieuse de son temps l'a fait condamner à mort entre autre parce qu'il remettait en cause ce que les autorités religieuses affirmaient au nom de Dieu et qui n'étaient en fait que des décisions humaines.
    Dans ma paroisse, le prêtre a été condamné par la justice pour avoir usurpé de fortes sommes d'argent à de vieilles personnes du village. Beaucoup de paroissiens ont excusé leur prêtre. Non loin de chez moi, un autre prêtre va être jugé pour actes pédophiles : certains paroissiens ont osé dire que ce n'était pas grave, que ce sont les médias qui montent ces affaires en épingle. Voilà qu'on nous annonce ce dimanche qu'un prêtre aime une femme et je lis ici des propos qui tombent comme des condamnations. Comme si bien des personnes ayant posté ici quelques paroles, et peut-être vous-même Patrick, savent ce que Dieu pense, parce que pour elles Dieu ne peut pas penser autrement que ce que l'Eglise enseigne.
    Au fait, excusez-moi de vous appeler par votre prénom au lieu de vous appeler "mon père", mais c'est votre prénom de baptême, et à mes yeux c'est bien plus important que ce mot "père" ou "M. l'abbé" que l'Eglise aime employer en contradiction totale avec l'enseignement de Jésus. Il suffit de lire les nominations chaque année dans les diocèses !
    Respectueusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'apprécie ce qu'écrit Pierre, j'apprécie ce qu'écrit Patrick, j'apprécie ce qu'écrivent beaucoup d'autres (intégristes de la droite extrême exclus). Cela ne signifie pas que je sois d'accord avec tout le monde. Je me méfie des séducteurs vedettes, des curés-vedettes, des cardinaux-vedettes, comme je me méfiais du pape polonais vedette.
      Que M. Gréa quitte le ministère, c'est son affaire, celle de sa femme et de sa conscience mais, que je sache, on n'envoie pas de faire-part quand on divorce. Quand on est bien élevé, on n'en fait pas des caisses, surtout pas à grand renfort de Primat des Gaules et d'Evêque de Rome. Le coup du cardinal séduit et déçu qui joue les grands frères (ou père déçu ou chaste amant déçu) qui accompagne le fils prodige et prodigue voir papy à Rome, c'est pathétique et déplacé. C'est de la pub.
      Il est temps de désacraliser les prêtres, les "pères" et autres "abbés". Ces ministres sont des frères-serviteurs, pour l'instant des hommes. Demain ce seront des femmes. Aujourd'hui c'est "sacerdos in aeternum". Cela peut demeurer mais n'empêche pas un temps de service limité dans le temps. Toute personne humaine est sacrée, avec ou sans piédestal.
      Au fait, sur la question du départ de nombreux prêtres depuis 50 ans (les défroqués comme on ne dit plus guère), qu'en pensent les femmes, épouses, compagnes de prêtres ? Qu'en pensent les compagnons le plus souvent secrets de ceux qui restent, partent ou sont partis ?
      Pendant des décennies trop de curés se sont indiscrètement mêlés de la vie sexuelle de leurs ouailles. C'était infiniment malsain et traumatisant. On ne progressera guère si les ouailles se mêlent de la vie sexuelle de leurs curés.
      En la matière, chacun fait ce qu'il veut et peut en tentant que ce soit par amour, le plus possible.
      Quant à la communauté paroissiale traumatisée ou peinée, si elle est aussi solide qu'on le dit, elle s'en remettra bien vite et ce sera la preuve que M. Gréa aura fait du bon boulot non centré sur son unique personne.

      Supprimer
    2. Je suis bien d'accord avec vous, il est vrai que l'attitude du cardinal de Lyon (surtout d'emmener David Gréa voir le pape) est plutôt surprenante.
      Vous posez une très bonne question à propos des compagnes/épouses de prêtres ayant quitté le ministère, ainsi que des intimes.
      Il est facile de "jeter le prêtre (qui quitte) aux orties", on l'envoie vivre au loin pour qu'il ne dérange pas notre bonne conscience de bon chrétien par sa simple présence, le "mauvais" c'est lui puisqu'il est infidèle. Mais jamais on ne s'interroge sur les raisons profondes de son changement de vie.
      On ne quitte pas le ministère de prêtre sur un coup de tête (ou coup de coeur). J'ignore ce qu'il en est pour David Gréa, mais pour avoir connu quelques jeunes prêtres de mon diocèse ayant quitté le ministère pour prendre femme, ces derniers l'ont fait après un ras le bol de l'attitude épiscopale qui ne tenait pas compte de l'humanité propre à chacun mais pour boucher des trous et les utiliser (oui, je dis bien "utiliser") en jouant sur leur crédulité et leur obélissance (trop) aveugle à leur hiérarchie.

      Supprimer
  31. Pierre, quel beau texte et de si fortes idées. Il faut dire qu'avec un prénom comme le vôtre!!! celui sur lequel l'église a été battit, vous méritez bien d'avoir une idée sur la question (pour parler de prénom)

    RépondreSupprimer
  32. Et si au lieu de laisser colère, amertume, jugement toujours hâtif, prendre le dessus, on ouvrait la porte du dialogue, de l'écoute, et d'un vrai discernement sur les conditions d'exercice du ministère aujourd'hui ? Où est l'essentiel ? Dans une fidélité à tout prix au dogme du célibat des prêtres, institué dans un contexte historique précis, ou dans la fidélité à l'évangile, nouvelle toujours aussi bonne pour les hommes et les femmes de notre temps.... Merci à Pierre et Félix Culpa

    RépondreSupprimer
  33. Eglise vérolée ! Qui arrêtera le mensonge ?
    voila comment vous terminez votre article !!!! et bien oui je vous le demande à VOUS : quand arrêterez vous le mensonge d'une église où la promesse du célibat des prêtres prend trop de place et donne lieu a tellement d'hypocrisie ???
    quand arrêterez vous de vous mentir en disant que c'est la seule voie pour être disponible à ses frères ? de quoi pensez vous vous protéger de la sorte ? combien parmi les prêtres subissent ce choix et cette loi, et avez vous une idée de leur souffrance et de l'impact induit sur leur ministère et sur l'Eglise ?
    qui ment à qui ? ne vous sentez vous jamais impliqué dans ce qui VEROLE l'Eglise, le mensonge est toujours chez les autres ?
    Je trouve bien présomptueux la manière dont vous désignez ceux qui mentent et qui font mal à l'Eglise considérant que vos idées ne sont pas à mettre en question et que vous détenez la vérité.
    Si Dieu s'est fait Homme c'est pour partager notre humanité, grandir avec et au milieu de nous. Il a révélé nos faiblesses et son immense miséricorde.
    Vous pensez probablement qu'il a envoyé son fils pour désigner les elus qui font régner sa loi sur les autres et aussi qu'il s'est particulièrement intéressé (ou plutôt désintéressé) à leur sexualité et de fait que ce qui compte c'est de les sacraliser ?
    Pas moi. Je trouve donc complètement décalés votre vos propos, la virulence de vos mots et l'acharnement à considérer que parce que l'un d'entre vous s'en va vous êtes tous trahis. Je trouve que votre analyse transpire du mépris que vous avez pour tous les autres, ceux qui ne sont pas prêtres ... et je n'ose pas réfléchir à ce que vos propos traduisent concernant les femmes !
    Comment parlez vous de l'universalité de l' Eglise ???
    bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez sans doute mal lu. Vous ne savez rien de ce que je pense du célibat ecclésiastique. Je ne le défends nullement dans mon texte parce que je n'en parle pas.
      Ce que je vise, c'est la fidélité à la parole donnée et la supercherie de laisser entendre que c'est Dieu qui nous inviterait à reprendre notre parole. C'est aussi la mise en scène jusqu'à cette rencontre organisée, volée ?, avec le pape.
      Je dis encore que je pourrais très bien être confronté à la même décision de revenir sur la parole donnée. Que ce ne serait pas la fin du monde, que je m'en remettrais, que ceux qui seraient concernés s'en remettraient. Mais qu'il n'est pas possible de faire croire que ce n'est pas une rupture, une blessure (qui fera peut-être grandir), que tout est pour le mieux et qu'il n'y a pas même lieu d'un peu d'humilité voire de demande de pardon pour ceux que cette infidélité à la parole donnée aurait blessés.
      Vous vous emportez pour rien, ou du moins pas avec la bonne personne, ou pas pour le bon motif.

      Supprimer